Create an Account Nfomedia Log in  Connect with Facebook
Home Blog

Benoit's Blog

A WEBLOG FOR Benoit Chatin

« return

February 6, 2020

La bonne bouffe ça s'apprend dès tout petit


Thierry Marx et Michel Cymes partagent la même volonté : celle d'expliquer à tous, et en particulier aux enfants dès le plus jeune âge, l'importance de prendre soin de santé et de leur alimentation

Pourquoi vous avez eu envie de faire ces livres à destination des enfants ?


Thierry Marx : Il est important de sensibiliser très tôt les enfants au bienêtre et à la santé. D'expliquer "quand ça va et quand ça ne va pas", sans le coté professoral. Plus un enfant sera sensibilisé tôt à la cuisine, plus il sera un consommateur éclairé. A titre personnel, je milite pour le retour des cours de cuisine à l'école, pour cuisiner en s'amusant, pour de nouveau lier alimentation et bien-être. C'est un point que l'on a un peu oublié. Et quand on fait un livre pour les enfants, il faut se rappeler que c'est aussi un livre pour les parents et qu'il va permettre de sensibiliser ces derniers.
Michel Cymes : Un enfant à qui on n'explique pas, ne comprend pas et donc n'adhère pas, c'est aussi simple que cela. Et c'est valable en matière d'alimentation comme pour le sport ou la vie en générale. J'ai un fils de 8 ans qui passe son temps à me poser des questions sur la santé ou sur les raisons pour lesquelles il faut manger tel ou tel aliment. Si je ne lui apporte pas de réponse claire et compréhensible, il est frustré et ne fera pas l'effort demandé, car parfois manger de la betterave, C'est un effort.

Quelle serait la première chose à inculquer aux enfants en termes d'alimentation ?


TM : A cuisiner soi-même, même si on ne dispose que d'une plaque de cuisson ou d'un micro-onde : il n'y a pas besoin d'un gros équipement. Et c'est important de s'initier tôt, de rater, de tester. A l'adolescence, il y a toujours des dérapages en matière d'alimentation, mais ce ne sera jamais grave si l'enfant à été habitué tôt à cuisiner, à bouger, et qu'il a été sensibilisé jeune à l'importance de ce qu'il ingère. Les études concordent sur le fait que sensibiliser un enfant à ces questions aura un impact sur sa façon de manger et de faire du sport à l'âge adulte.
MC : A leur apprendre que nous avons la chance de vivre dans un pays extraordinaire sur le plan gastronomique et, comme Hugo Blanc, je pense qu'il faut les accompagner dans leurs premiers pas en cuisine. C'est en observant et en pratiquant qu'on éprouve plaisir à cuisiner. J'ai acheté un livre de recette à mon fils pour qu'il ait envie de m'accompagner en cuisine et nous préparons la recette ensemble.

C'est important de cuisiner en famille ?


TM : Avec mes enfants, j'ai commencé par des recettes simplifiées, pour qu'elles soient à portée de tous : des pâtes à crêpes, des couscous...quand on cuisine, il y certes l'acte de cuisiner mais aussi le fait de se parler, d'apprendre...quand un enfant cuisine, il va poser des questions sur les aliments, il va aussi développer ses capacités de lecture, de calcul des quantité, etc. Cela permet également de découvrir et de prendre confiance en soi et dans les aliments que l'on va manger, et ainsi éviter les conflits à table.
MC : C'est essentiel. Quand je cuisine, je suis un solitaire. Il faut me laisser cuisiner seul et tranquillement. Mais avec mon fils, c'est autre chose car je lui transmets ma passion de la nutrition. Cela ne durera peut-être que 15 minutes car à cet âge les enfants ont la bougeotte mais la fois suivante se sera 20, puis 30 minutes.

On peut bien manger avec un petit budget ?


TM : Quand on cuisine soi-même, on gagne de l'argent. Je l'ai prouvé à maintes reprises, en montrant qu'on pouvait parfaitement cuisiner équilibrer et manger sainement pour 4 personnes pour 20?. Quand on achète un produit de cinquième gamme (produits cuits sous vide, pasteurisés ou stérilisés, conservés par réfrigération), on paye déjà un tiers d'emballage et on au moins 3 ingrédients dont on ne connait ni la provenance ni le rôle. Le prix de l'aliment n'en fait pas la valeur : un ?uf bio coûte 50 centimes d'euros, et c'est un aliment excellent.
MC : Je confirme. Supprimer les produits transformés ou les plats préparés fait faire de vraies économies. Et permet d'aller vers le bio. En regardant les prix quand même.

Il est souvent compliqué de faire manger des légumes aux jeunes


TM : Si es enfants ne sont pas réceptifs aux légumes, c'est surtout parce qu'on les cuisine mal. On continue à les faire cuire dans des litres d'eau : forcement ça n'a pas le gout d'un aliment qui a subit une réaction de Maillard grâce à une cuisson au four ou à la poêle. Il est urgent d'apprendre et réapprendre à cuisiner les légumes. Par exemple on peut les préparer avec tagliatelles de légumes crus, ce qui permet de conserver couleurs, saveurs et croquant.
MC : Je confirme et je n'ai pas encore trouvé la solution. Ceci-dit les pâtes, je sis les faire dans tous les sens. Mais j'essaie de faire sortir mon fils de cette mono diète
Posted by      Benoit Chatin at 3:48 PM GMT

Comments:

Want to post a comment? Please Log in or Create an Account.

 Copyright © 2007-2016 Benoit Chatin. All rights reserved.